Skip to primary content
Skip to main menu
Skip to section menu (if applicable)

2005

Prix C.M. Hincks

Moyra Buchan

Moyra Buchan a été directrice générale de la Division de Terre-Neuve-et-Labrador de l’ACSM. Pendant 15 ans, elle s’est portée à la défense des personnes ayant de graves maladies mentales. Son dévouement envers la santé mentale et son influence sur l’importance accordée aux questions relatives à la santé mentale dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador se sont traduits par une réforme de la santé mentale maintenant inscrite à l’agenda du gouvernement.

Moyra Buchan a participé à la mise sur pied de la première organisation de bénéficiaires de Terre-Neuve-et-Labrador et a régulièrement parlé aux médias au sujet des différentes questions concernant les personnes ayant de graves maladies mentales. Elle a mis sur pied le programme Helping Skills, une approche d’auto-assistance communautaire qui aide les collectivités à gérer les problèmes locaux. Elle est l’auteur de Valuing Mental Health, un cadre d’action provincial commandé par le ministère de la Santé et des Services communautaires. Ce document a été réalisé à partir de rencontres avec des intervenants des quatre coins de la province.

Madame Buchan était en charge de l’élaboration de la proposition qui a permis d’obtenir le financement nécessaire au programme Changing Minds de l’ACSM, un programme unique qui aide les gens à mieux comprendre la maladie mentale. Elle est également la présidente et fondatrice de Community Alliance for Better Solutions, une alliance provinciale qui compte plus de 100 groupes et organisations. Elle a coordonné la formation de la Coalition for Mental Health Partners et elle a mis sur pied le projet de défense des droits des bénéficiaires et de leurs parents nommé Speaking for Ourselves.

Prix de participation des bénéficiaires

Robert Gauthier

Robert Gauthier fait la promotion de meilleurs appuis pour les personnes ayant une maladie mentale. Il a travaillé avec acharnement pour faire disparaître les stigmates associés à la maladie mentale par le biais de présentations à l’intention de divers auditoires.

Monsieur Gauthier a participé à deux importantes campagnes d’éducation publique. La première a permis de modifier les attitudes communautaires à l’égard de la santé mentale et de la maladie mentale et la seconde a permis de venir en aide aux étudiants des écoles secondaires afin que ceux-ci ne soient pas victimes de stigmates et d’accroître la compréhension de la maladie mentale.

Il a animé plusieurs ateliers tenus lors de diverses conférences portant sur la santé mentale et il a co-animé le Wellness Recovery Action Plan d’une durée de douze semaines à l’intention des bénéficiaires locaux avec l’aide du personnel de la filiale de Sudbury de l’ACSM.

Il a fait la promotion d’importants enjeux relatifs au domaine de la santé mentale en soutenant la philosophie de la guérison à des administrateurs d’hôpital. Au cours des quatre dernières années, Robert a travaillé pour la Ligne de réconfort et a offert un soutien téléphonique avant le début de la crise aux bénéficiaires et aux survivants.

Prix de participation des non-bénéficiaires

Carolyn Bennett M.D.

Carolyn Bennett M.D., ministre d’État (Santé publique), s’est assurée que les enjeux concernant la santé mentale et la maladie mentale soient abordés à l’échelle de la politique nationale dans la discussion portant sur la promotion de la santé au Canada.

Au cours de sa carrière politique, elle a été présidente de plusieurs comités et sous-comités qui comptaient des bénéficiaires des services de santé mentale et les membres de leur famille. Elle croit fermement que les bénéficiaires ont un rôle important à jouer pour façonner la politique de santé nationale.

Parmi ses réalisations, elle a entre autres apporté son appui à Lembi Buchanan, membre de la famille d’un bénéficiaire, qui a travaillé avec acharnement pour que des modifications soient apportées au crédit d’impôt pour personnes handicapées afin que les questions concernant les Canadiens ayant une déficience psychique soient incluses.

Prix des médias

Magazine Châtelaine

Au fil des ans, le magazine Châtelaine a aidé à promouvoir la santé mentale, à éduquer ses lectrices et à réduire les stigmates entourant la maladie mentale. Trois articles parus récemment dans Châtelaine dressent un portrait positif et factuel des enjeux entourant la santé mentale et font preuve d’une excellence créative et technique. L’engagement continu de Châtelaine envers la santé mentale est manifeste dans chaque nouveau numéro à l’intention des Canadiennes.

Un article de fond a permis d’accroître la sensibilisation à l’égard de la dépression et de donner des conseils aux gens pour les aider à vivre avec celle-ci. Il a permis d’atténuer les sentiments de culpabilité et de confusion que peuvent connaître les personnes ayant une dépression et les membres de leur famille. Un second article de fond présentait le témoignage d’une femme souffrant d’anorexie mentale. Il a permis de démontrer qu’avec du soutien et un traitement, les femmes qui luttent contre cette maladie peuvent vivre une vie saine et heureuse. Le troisième article exposait les possibilités de traitement pour les personnes ayant une dépression. Cet article traduisait les renseignements médicaux complexes en informations pratiques et faciles à lire et dressait une liste des mythes et des vérités concernant les traitements. Cet article donnait également des conseils au sujet des antidépresseurs.

Prix de l’innovation Edward J. Pennington

Cap Reit Management

Cap Reit Management a récemment offert un local rénové d’un de ses immeubles d’habitation au programme de réadaptation psychosociale de la région de Toronto de l’ACSM. Ce programme offre des services de gestion de cas aux résidants de la banlieue de Toronto qui ont une maladie mentale grave et qui ont besoin de soutien pour vivre et travailler dans la collectivité.

Le local fourni par Cap Reit est utilisé comme un endroit où les gens ayant une maladie mentale grave qui souffrent souvent d’isolement ont l’occasion de participer à des activités sociales récréatives et d’améliorer leurs aptitudes de socialisation.

Au fil des ans, Cap Reit Management a loué de nombreux logements sécuritaires et abordables dans la région du grand Toronto à l’ACSM par l’entremise du programme Homelessness Initiative de la filiale de Toronto de l’ACSM. Leur soutien envers les programmes qui viennent en aide aux personnes ayant une maladie mentale est un exemple exceptionnel de la manière dont les industries commerciales peuvent aider à construire non seulement leur collectivité, mais également les individus de cette collectivité et ce, sans laisser pour compte leurs besoins d’affaires.

Cap Reit Management a appuyé le processus d’apprentissage de ses employés et a été le précurseur du développement d’une meilleure compréhension des différents enjeux relatifs à la santé mentale présents dans l’environnement résidentiel. Cap Reit a toujours respecté la confidentialité requise par l’ACSM et a ainsi aidé de nombreux individus ayant une maladie mentale à réintégrer confortablement leur collectivité.

Prix pour la santé mentale au travail

Parc automobile, ville de Calgary

Le Parc automobile se démarque nettement par sa contribution à la sensibilisation à la santé mentale, à la réduction des stigmates et à l’amélioration de la qualité de la santé mentale en milieu de travail et ce, non seulement dans son organisation, mais également au sein de la ville de Calgary, de la province de l’Alberta et de tout le pays.

Au début de 2004, le Parc automobile a décidé de mettre l’accent sur la santé mentale. Les dirigeants ont communiqué avec la région de Calgary de l’ACSM afin de présenter un atelier spécial de deux heures intitulé The Copernicus Project: Risk Management for Workplace Mental Health à tous leurs employés ainsi qu’à toute l’équipe de direction.

Du printemps 2004 au printemps 2005, le Parc automobile a consacré plus de 1 000 heures à la formation sur la santé mentale. Il a également investi un montant d’argent substantiel pour payer les coûts de la prestation du programme. Leur travail est toujours en cours.

En juillet 2005, la région de Calgary de l’ACSM a organisé un groupe de discussion d’une demi-journée à l’intention des dirigeants de plusieurs organisations qui, après avoir complété le programme du projet Copernicus, cherchaient de nouvelles manières d’aborder ces enjeux. Le Parc automobile a envoyé deux de ses cadres supérieurs à cette rencontre afin qu’ils partagent leur expérience. L’engagement du Parc automobile à l’égard de ces questions a inspiré les participants d’autres organisations à redoubler leurs efforts pour poursuivre le travail qu’ils ont déjà amorcé afin de promouvoir la santé mentale et l’éducation.

Prix Marjorie Hiscott Keyes

Bluma Goldberg

En tant qu’ergothérapeute, Bluma Goldberg a travaillé pendant toute sa carrière dans le domaine de la santé mentale. Madame Goldberg s’est jointe à la région d’Edmonton de l’ACSM en qualité de directrice de programme après avoir occupé un poste au University of Alberta Hospital. Madame Goldberg, qui a travaillé pendant huit ans au sein de l’ACSM, est maintenant à la pré-retraite. Elle enseigne toujours au département d’ergothérapie de la University of Alberta.

Elle a récemment accepté un emploi à temps partiel au Pavillon de Prosper Place où elle met à profit sa vaste expérience communautaire et ses aptitudes professionnelles dynamiques.

Madame Goldberg a toujours mis l’accent sur l’amélioration de la vie, de l’estime de soi et de l’autonomie de ceux avec qui elle travaille. Ses clients apprécient son approche juste, créative et sensible pour résoudre un problème. Sa compassion à l’égard des bénéficiaires est toujours bien présente dans son travail quotidien.

Prix du personnel de l’ACSM

Debbie Wiebe

Debbie Wiebe est la fondatrice et directrice du programme Peer Options de la région de Calgary de l’ACSM. Ce programme remplit la tâche fondamentale de favoriser l’autonomie, la participation communautaire et le bien-être. Dans le cadre de ce programme, les bénéficiaires peuvent devenir des formateurs bénévoles, des aides et des compagnons des nouveaux membres de Peer Options et ce, en travaillant avec les nouveaux participants qui apprennent à gérer leur santé mentale tout en s’efforçant de gagner de l’autonomie. Ce programme a été conçu pour offrir une approche de résolution de problème proactive jumelée à un fort réseau de soutien qui vise à aider les bénéficiaires à rester en santé.

Afin d’aborder le problème de l’isolement des bénéficiaires,  madame Wiebe a mis sur pied les groupes Art of Friendship qui vise à pratiquer le don et l’accueil de soutien social. Les principes clés de l’acceptation inconditionnelle et de la confidentialité sont enseignés et mis en pratique dans les activités quotidiennes. Plus de 200 personnes ont complété avec succès le programme Art of Friendship. La participation à ce programme a quadruplé au cours de ses trois premières années d’exploitation.

Le programme Peer Options, dirigé par madame Wiebe, a une excellente réputation de qualité dans les soins continus offerts aux personnes libérées des services d’urgence et de réadaptation. Madame Wiebe a récemment soumis une demande pour obtenir des fonds supplémentaires visant à embaucher des bénéficiaires bénévoles. Ces fonds lui ont été accordés.

Wendy Kent

Wendy Kent a travaillé pendant plus de dix ans pour la région de Fredericton de l’ACSM. Elle a donné des présentations au public, au gouvernement et aux employeurs. Elle a fait la promotion de la santé mentale, de l’embauche de personnes ayant une maladie mentale et du programme d’embauche Au travail!. Madame Kent a mis sur pied un programme qui vise à souligner la contribution des employeurs qui ont embauché des individus ayant une maladie mentale et qui ont fait part de la réussite de leurs efforts à leurs collègues.

Elle a aidé le bureau national de l’ACSM en encadrant les nouveaux projets relatifs à l’embauche. Elle a collaboré à la mise en application initiale du projet Routes vers l’emploi. Madame Kent a été d’une aide inestimable dans l’élaboration de plusieurs publications dont les documents Tenir bon, Au travail!, Étapes vers l’emploi et Accès à un véritable emploi.

Prix national pour service distingué

Betty Friesen

Betty Friesen a été embauchée par la division de l’Alberta pour mettre sur pied un projet de campagne de financement dans les régions de Camrose, Ponoka et Wetaskiwin. Il s’agissait d’un Programme d’emploi prioritaire du gouvernement fédéral d’une durée de quatre mois. Madame Friesen a également rédigé un rapport portant sur le besoin de services de santé mentale communautaires à Camrose. Elle a été bouleversée de constater l’ampleur des besoins, le peu de services offerts au sein de la collectivité et le manque d’intérêt des différents paliers gouvernementaux.

En réponse à ce besoin, le premier programme offert par l’ACSM à Camrose a vu le jour sous la forme d’un foyer de groupe au mois de juin 1988. Sous la supervision de madame Friesen, celui-ci est passé d’un simple foyer de groupe à Camrose à un éventail de services fournis à la grandeur de la région du Centre-Est.

Madame Friesen a embrassé la philosophie voulant que le bénéficiaire est prioritaire. Elle croit que nous avons besoin de plus de services communautaires pour permettre aux individus ayant des problèmes de santé mentale de continuer à vivre dans leur collectivité.

Debbie McCormack

Debbie McCormack a été une bénévole dévouée qui a donné de son temps pour les nombreux services offerts par la région de Saint-Jean de l’ACSM au Nouveau-Brunswick.

Debbie McCormack a siégé pendant plus de sept années au sein du conseil d’administration de la filiale de Saint John Branch Inc. Au niveau local, elle a occupé plusieurs postes dont membre du comité exécutif, liaison du conseil provincial, membre du comité de développement du conseil d’administration, membre du comité de la programmation/formation ainsi que membre du comité ad hoc sur les politiques et les procédures. Debbie a animé notre programme « Anxiety and Panic Disorder Psychoeducation » de huit semaines, à une fréquence de trois fois l’an ou plus. Le partage des participants  témoigne de sa base de connaissances, de son engagement et de sa passion à aider les gens dans leur cheminement.

Prix Freddi Ford

Barbara Moffat

Barbara Moffat a été directrice générale de la filiale de Peterborough de l’ACSM de 1985 à 1991. Elle est la toute première récipiendaire du Prix Freddi Ford.

Suite à de nombreuses demandes de la collectivité, le conseil d’administration de la filiale de l’ACSM a donné son accord à Barbara Moffat afin qu’elle mette sur pied le tout premier programme d’appui aux survivants d’une tentative de suicide de la filiale. Une des premières dirigeantes qu’elle a recruté dans le cadre de ce programme était Freddi Ford. Ensemble, elles ont mis au point un programme de 8 à 10 semaines à l’intention des survivants d’une tentative de suicide, des membres de leur famille et de leurs amis proches. Le programme a été élaboré en s’appuyant sur les trois programmes à l’intention des survivants d’une tentative de suicide qui existaient alors en Amérique du Nord. Il est maintenant un des programmes à l’intention des survivants offerts depuis la plus longue période de temps. Avec les années, mesdames Moffat et Ford ont dirigé conjointement des groupes à Peterborough et ont mis sur pied des groupes dans d’autres collectivités ontariennes.

Madame Moffat a également été une bénévole dévouée de Telecare Peterborough, une ligne de crise offerte 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, depuis qu’elle s’est jointe à son comité directeur en 1976. En 1989, Freddi Ford et elle ont assisté à l’Atelier de prévention du suicide (maintenant appelé FATIS) d’une durée de deux jours intensifs à Ottawa lors de la première présentation de cette formation en Ontario. Depuis, elles ont donné 42 ateliers et ont formé plus de 868 personnes sur la manière d’aider une personne ayant des tendances suicidaires. De plus, seules ou ensemble, mesdames Moffat et Ford ont donné des centaines d’allocutions et des ateliers d’une demi-journée ou d’une journée portant sur tous les aspects de la prévention du suicide, de l’intervention et de la postvention.