Skip to primary content
Skip to main menu
Skip to section menu (if applicable)

Position de la politique

March 25, 2013 - Enfants et jeunes : accès à la promotion de la santé mentale et aux soins de santé mentale
« Tous les enfants et les jeunes qui vivent au Canada méritent de grandir dans des milieux favorables et stimulants et d’acquérir les aptitudes sociales et affectives, dont ils ont besoin pour travailler avec les autres en coopération, résoudre les conflits et composer avec les difficultés auxquelles ils font face dans la vie. » « Tous les enfants et les jeunes qui vivent au Canada devraient avoir accès à une gamme de services, de traitements et de soutiens appropriés en santé mentale, dès qu’ils en ont besoin. »i
March 25, 2013 - Favoriser la santé mentale des personnes àgées grâce aux soins et services à domicile: Guide d'élaboration des politiques

S'appuyant sur les résultats d'une étude nationale effectuée par l'ACSM, Favoriser la santé mentale des personnes âgées grâce aux soins et services à domicile : Guide d'élaboration des politiques offre aux planificateurs et aux responsables de l'élaboration des politiques un cadre pour mieux comprendre les besoins en santé mentale des personnes âgées. L'étude a démontré que les soins et services à domicile pouvaient jouer un plus grand rôle dans le soutien de la santé mentale, tant sur le plan de la nature des services offerts que celui de leur prestation.

March 25, 2013 - Accès aux services

L’accès aux services de santé mentale est un problème qui a des répercussions importantes pour tous les Canadiens et ce, qu’ils vivent ou non avec une maladie mentale. Lorsque les premiers ministres se sont entendus au mois de février dernier pour discuter de l’avenir à long terme des soins de santé au Canada, l’amélioration de l’accès et de la qualité des services de santé mentale communautaires a été identifiée comme un des huit secteurs prioritaires. Nous croyons que le gouvernement fédéral a un rôle essentiel à jouer pour favoriser les partenariats entre le fédéral, les provinces et les territoires afin de commencer à se pencher sur bon nombre des obstacles à l’accès aux services de santé mentale auxquels sont confrontés les Canadiens de nos jours.

March 25, 2013 - Un cadre pour la soutien

Le Groupe de travail des services de santé mentale du bureau national de l’ACSM a procédé à la mise à jour du document Un cadre pour le soutien, qui présente la politique centrale de l’ACSM à l’égard des personnes ayant une maladie mentale. Cette troisième édition a conservé l’intégrité du modèle et se positionne maintenant dans le contexte actuel de la santé de la population, de la promotion de la santé et de la guérison. Le document Un cadre pour le soutien, 3ème édition présente le meilleur d’un vieux modèle auquel sont ajoutées de nouvelles réalités. Même si le Cadre a évolué et a connu des modifications avec le temps, ses principes de base demeurent aussi vivants et pertinents que jamais.

March 25, 2013 - La participation des consommateurs: au-delà de la symbolique

L'ACSM définit les «consommateurs» comme des «personnes ayant vécu des problèmes graves de santé mentale, et qui ont bénéficié des ressources que met à leur disposition le système pour la santé mentale». De nombreux bénévoles ou travailleurs de l'ACSM, du système pour la santé mentale et de la communauté ont eux-mêmes été victimes de maladies mentales. Cependant, pour un certain nombre de raisons, ces personnes peuvent décider de ne pas révéler ce fait; d'ordinaire, la participation des consommateurs implique l'inclusion de personnes qui décident de révéler qu'elles ont bénéficié de services en santé mentale. Cette auto-reconnaissance fait partie de l'attribution d'un certain pouvoir à tous ceux qui souvent n'ont pas eu leur mot à dire dans la prise de décisions.

March 25, 2013 - Positions de la politique
March 25, 2013 - Établissement de priorités sur les délais d'attente touchant les personnes souffront d’une maladie mentale grave

Si le délai d’attente dans l’obtention de services de santé est long en général, l’attente avant d’obtenir des services psychiatriques est interminable. Pour la plupart d’entre nous, la peur de « perdre la tête » est la plus effroyable. Dans ce contexte, la consultation médicale en temps opportun et le fait de savoir qu’une forme quelconque de prise en charge est imminente sont rassurants. C’est la même sensation que celle qu’éprouve la personne souffrant d’une autre maladie grave lorsque le traitement est enfin instauré.

March 25, 2013 - Recherches et formation médicales sur les femmes

Les professionnels de la santé mentale ont besoin d'une meilleure formation pour répondre aux exigences des femmes en matière de santé mentale. La plupart des programmes de formation actuelle n'exigent pas de traiter à fond des problèmes de genre, ni même d'essayer d'aborder les différentes expériences entre les sexes. Les besoins biologiques, psychologiques et sociaux des femmes ne font pas partie des programmes d'études dans les écoles de formation, et la plupart des thérapies et des recherches sont fondées sur l'expérience des hommes. Les programmes de recherche en santé mentale menés par les femmes ne reçoivent que 6,05% des fonds de recherche de santé mentale au Canada, et seulement 0,42% des fonds de recherche de santé.

March 25, 2013 - Revaloriser la collectivité

Dans bien des cas, les personnes qui ont de graves problèmes de santé mentale doivent lutter pour subsister. Les perspectives d'emploi sont limitées; la pauvreté et le manque de logis sont choses courantes. Les consommateurs réguliers des services de santé mentale risquent de se détacher de la trame complexe des relations qui constituent la collectivité. Les fournisseurs de services professionnels ne peuvent pas répondre seuls aux besoins d'emploi, de revenu adéquat et de relations réciproques.

March 25, 2013 - La défense des droits des personnes souffrant de problèmes de santé mentale à long terme

Depuis sa création, il y a plus de 70 ans, l'Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) est un défenseur unique des personnes souffrant de problèmes de santé mentale à long terme. Au cours de la dernière décennie, l'ACSM a élargi son mandat qui consistait à promouvoir la prestation des services en vue d'appuyer de façon active les initiatives d'auto-assistance et les ressources communautaires. La protection des droits individuels dans les programmes thérapeutiques et la communauté est devenue une préoccupation importante.

March 25, 2013 - Consentement éclairé au traitement

L'Association canadienne pour la santé mentale croit que les personnes qui peuvent avoir besoin de soins de santé mentale méritent de pouvoir faire des choix éclairés quant aux meilleurs soins possibles. Cela comprend le choix de refuser un traitement. Les groupes d'entraide et le soutien personnel informel peuvent compléter ou remplacer l'ensemble des traitements psychosociaux et médicaux formels, selon les souhaits de la personne. On ne peut supposer que le traitement médical est la seule ou la meilleure option dont les gens disposent.

March 25, 2013 - La violence faite aux personnes atteintes de troubles mentaux

En 1993, l'ACSM a mené une étude à l'échelle canadienne sur la violence faite aux personnes atteintes de troubles mentaux. L'étude mettait l'accent sur les personnes qui ont été victimes de violence après être devenues bénéficiaires des services de santé mentale. On a constaté que le domicile, les lieux publics et les hôpitaux sont les endroits où les personnes souffrant de troubles mentaux sont le plus souvent victimes de violence, et que les membres de la famille, les usagers des services de santé mentale et les dispensateurs de services sont les plus susceptibles de se montrer violents envers elles.

March 25, 2013 - Les femmes et les services médicaux

Un certain nombre d'études sur la santé des femmes ont démontré l'existence de liens étroits entre l'état de santé et les facteurs socio-économiques touchant les femmes. Des facteurs tels qu'une participation limitée à la vie publique, un pouvoir de décision restreint, des attentes de rôles dévalorisés dans la société, la pauvreté, la violence et l'exploitation sexuelle empêchent toute possibilité de bien-être mental. Les contraintes économiques et sociales, associées aux charges inégales imposées par les attentes de rôles dans la société, ont souvent un effet négatif sur la santé, le bonheur et les possibilités d'accomplissement et de réussite personnelle des femmes.

March 25, 2013 - La santé mentale et la violence contre les femmes et les enfants

La violence n'est pas le problème des autres, c'est le problème de tout le monde. La violence s'étend à la société canadienne, à la maison, au travail, dans les sports et les média. Chacun de nous doit assumer les responsabilités des valeurs, des croyances et des institutions de notre société qui permettent à la violence de ce produire. Nous devons commencer à mettre fin à la violence dans notre société, grâce à l'éducation et la sensibilisation du public, à une modification des rapports de force, et par l'application de loi et du système juridique. La violence est un facteur important dans la distinction de pouvoir et il existe plusieurs groupes et individus victimes d'un déséquilibre de force. Les femmes et les enfants constituent le plus grand groupe impuissant de la société et, par conséquent, les premières victimes de la violence.

March 25, 2013 - Les femmes et le travail

L'Association canadienne pour la santé mentale estime que l'inégalité sociale a des effets nuisibles sur le bien-être mental des femmes. Des inégalités continuent à exister pour les femmes canadiennes sur le plan de la vie familiale, l'éducation, la formation, l'emploi et les rôles de décideurs dans la société. Bien qu''un petit nombre de femmes soit avantagé par des politiques visant à accroître l'accès à des professions qui offrent des revenus plus élevés, la grande majorité des femmes continuent d'avoir des emplois à très faibles revenus. Jusqu'à présent, les efforts de mise en oeuvre de politiques d'équité en matière d'emploi et de rémunération ont produit très peu d'effets. Les femmes continuent d'être excessivement représentées parmi les groupes défavorisés économiquement.

March 25, 2013 - Les femmes et la santé mentale

L'Association canadienne pour la santé mentale estime que l'inégalité sociale a des effets nuisibles sur le bien-être mental et affectif des femmes. Tout au long de leur vie, les femmes peuvent être considérées "à risque" pour développer des problèmes affectifs à cause de toute une série de facteurs environnementaux. Des facteurs tels qu'une participation limitée à la vie publique, un pouvoir de décision restreint, la violence et l'exploitation sexuelle empêchent toute possibilité de bien-être affectif. L'Association canadienne pour la santé mentale s'est engagée au changement social qui, à long terme contribuera à la force affective des femmes, non seulement en tant qu'individus, mais aussi comme membres de la société. à cette fin, l'ACSM a identifié des problèmes qui nous semblent d'une importance toute particulière.

March 25, 2013 - L'exploitation sexuelle et les mauvais traitements chez les fournisseurs de services en santé mentale

L'Association canadienne pour la santé mentale reconnaît qu'il y a exploitation sexuelle et mauvais traitements chez les fournisseurs de services en santé mentale. L'Association reconnaît également que, sans l'ombre d'un doute, cette exploitation sexuelle et ces mauvais traitements sont nocifs pour les consommateurs de services de santé mentale. Les preuves proviennent de rapports anecdotiques, de plaintes formulées aux associations professionnelles et, plus récemment, de sondages effectués auprès du grand public et de groupes professionnels.

March 25, 2013 - Les services de santé mentale

Les services de santé mentale dont il est question ci-après représentent le système officiel de santé mentale. Les réseaux informels, les groupes et organismes communautaires, le soutien de la famille et l'auto-assistance sont tout aussi importants pour les ressources communautaires axées sur les personnes. Le présent énoncé de politique traite de principes importants pour le système officiel des traitements.

March 25, 2013 - La santé mentale et le chômage

Comme le travail fait partie intégrante de la participation au sein de la société, la perte d'un emploi rémunéré peut entraîner de graves effets psychosociaux et économiques. En formulant cet énoncé de politique, l'Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) reconnaît que l'accès à un emploi rémunéré et utile est un droit fondamental de la personne. Dans un pays juste et équitable, la justice sociale exige des normes gouvernementales qui favorisent le plein emploi et des programmes qui aident les chômeurs.

March 25, 2013 - Logement pour personnes souffrant de problèmes de santé mentale

Avoir un chez-soi, c'est le point de départ qui nous permet de vivre comme nous l'entendons en toute sécurité. Nous devons pouvoir choisir l'endroit ou nous vivons, les gens avec lesquels nous entretenons des rapports et la façon de nous comporter à la maison. Nous devrions pouvoir réfléchir et nous détendre en paix dans l'intimité de notre foyer. Nous devrions pouvoir le décorer et l'entretenir comme bon nous semble. L'endroit ou nous vivons est le contre de notre vie sociale. On peut soutenir que ces énoncés constituent des conditions préalables à la santé mentale et au bien-être de toute personne. Les programmes de logement devraient nécessairement en tenir compte et ces droits ne devraient pas être considérés comme des privilèges accordés à certaines personnes. La sécurité, la liberté de choix, l'autonomie, l'autosuffisance au point de vue financier, le droit à une vie privée et le pouvoir sont tous des éléments qui font partie intégrante du processus de rétablissement. Nul ne devrait être privé de ces droits, à moins que ceci représente un très grand danger pour cette personne ou son entourage.

March 25, 2013 - Expose de principe sur les programmes federaux de securite du revenu

Il est temps que le dossier des personnes atteintes d’une maladie mentale grave soit inscrit au programme du soutien du revenu du gouvernement fédéral. Il va sans dire que certains problèmes touchent l’ensemble des personnes handicapées, mais les personnes atteintes d’une maladie mentale grave doivent surmonter des obstacles particuliers. Nous espérons que notre rapport permettra de mieux comprendre les rouages des programmes fédéraux de sécurité du revenu et de trouver des façons de les améliorer dans le but de garantir aux personnes atteintes d’une maladie mentale grave un revenu suffisant et une qualité de vie décente. Les recommandations de principe que nous formulons doivent servir d’outils pour la défense des intérêts de ce groupe de personnes et peut-être à étendre la collaboration à d’autres groupes de personnes handicapées du pays.