Skip to primary content
Skip to main menu
Skip to section menu (if applicable)

Exposé de principe de l’ACSM sur l’aide médicale à mourir – communiqué de presse

September 7, 2017

Selon l’Association canadienne pour la santé mentale, nous devons aider les gens à vivre et s’épanouir, avant de les aider à mourir.

Télécharger l’Exposé de principe de l’ACSM sur l’aide medicale à mourir ici.

TORONTO, le 7 septembre 2017 – L’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) a publié sa position sur le projet de loi C-14 relatif à l’aide médicale à mourir (AMAM).

Comme le projet de loi C-14 ne mentionne pas explicitement les maladies mentales dans les nouveaux critères d’admissibilité, l’ACSM est d’avis que les patients souffrant de maladies mentales ne devraient pas être considérés comme admissibles à l’AMAM. À titre d’organisme axé sur le rétablissement, l’ACSM a annoncé que le gouvernement du Canada devrait choisir de soutenir le rétablissement des patients souffrant de maladies mentales plutôt que l’AMAM, et investir davantage dans les services, les mesures de soutien et la recherche sur la santé mentale.

Le projet de loi C-14 mentionne que la maladie doit être grave, irrémédiable et insupportable, et que « la mort naturelle du patient doit être raisonnablement prévisible », compte tenu de ses problèmes de santé. Dans le cas des patients qui souffrent de maladies mentales, la mort naturelle n’est pas prévisible. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’ACSM croit que l’AMAM psychiatrique doit demeurer illégale.

À l’analyse des politiques actuelles relatives à l’euthanasie et au suicide assisté (ESA) psychiatrique en Belgique et aux Pays-Bas, l’ACSM a noté que ces politiques donnent lieu à une augmentation des demandes d’ESA psychiatrique. Selon l’ACSM, nous devons éviter d’utiliser l’AMAM comme un substitut au traitement et aux mesures de soutien.

En tant qu’organisme axé sur le rétablissement, l’ACSM présente les recommandations suivantes au gouvernement du Canada :

  • Soutenir le rétablissement en assurant la mise en œuvre de pratiques axées sur le rétablissement, qui placent le patient au centre des soins, au sein de notre système de santé mentale et de traitement de la toxicomanie.
  • Continuer d’investir dans les services et mesures de soutien communautaires en santé mentale et lutte contre la toxicomanie.
  • Élaborer une stratégie nationale de prévention du suicide et en financer la mise en œuvre.
  • Investir dans la recherche afin de mieux comprendre et prédire l’évolution de la maladie dans le domaine de la santé mentale et de la toxicomanie.

Globalement, la position de l’ACSM sur l’AMAM au Canada est que les gens doivent recevoir une assistance à vivre et à s’épanouir, avant de recevoir une assistance à mourir.

À propos de l’Association canadienne pour la santé mentale

Fondée en 1918, l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) est l’organisme communautaire du secteur de la santé mentale le plus vaste et le mieux établi au Canada. Présente dans plus d’une centaine de régions réparties dans toutes les provinces, l’ACSM œuvre en défense des droits et offre des ressources qui contribuent à prévenir les problèmes et les troubles de santé mentale, à soutenir le rétablissement et la résilience, afin de permettre à tous les Canadiens et Canadiennes de s’épanouir pleinement.

Contact médias:

Deb Wise Harris
dwiseharris@cmha.ca

Comments are closed.