Skip to primary content
Skip to main menu
Skip to section menu (if applicable)

Accès aux services

April 30, 2012

L’accès aux services de santé mentale est un problème qui a des répercussions importantes pour tous les Canadiens et ce, qu’ils vivent ou non avec une maladie mentale. Lorsque les premiers ministres se sont entendus au mois de février dernier pour discuter de l’avenir à long terme des soins de santé au Canada, l’amélioration de l’accès et de la qualité des services de santé mentale communautaires a été identifiée comme un des huit secteurs prioritaires. Nous croyons que le gouvernement fédéral a un rôle essentiel à jouer pour favoriser les partenariats entre le fédéral, les provinces et les territoires afin de commencer à se pencher sur bon nombre des obstacles à l’accès aux services de santé mentale auxquels sont confrontés les Canadiens de nos jours.

Définir les services de santé mentale

Nous définissons les services de santé mentale dans le cadre des déterminants de la santé. Même si les services médicaux sont nécessaires, ils ne sont d’aucune façon suffisants pour composer avec les facteurs sociaux et économiques défaillants qui accompagnent souvent les maladies mentales graves. Les personnes ont également besoin de services psychosociaux pour les aider dans différents domaines dont le logement, l’aide au revenu, l’éducation, le travail et les ressources disponibles à l’extérieur du système de services formel comme le soutien par les pairs ou la famille ou les organisations communautaires génériques.

Les obstacles à l’accès aux services

Un accès en temps opportun aux services de santé mentale requis est un problème critique auquel font face les bénéficiaires canadiens. Les nombreux obstacles à l’accès aux services comprennent la stigmatisation, la pauvreté, le manque d’intégration entre les services de santé mentale et les services de santé, la pénurie de professionnels du domaine de la santé mentale, les disparités régionales et la diversité culturelle. Cela a pour résultat que la demande de services excède souvent les ressources disponibles. Certains services communautaires considérés essentiels à la guérison (par exemple les médicaments sous ordonnance et les services psychologiques) sont financés par les deniers publics et certaines couches de la population (les enfants, les jeunes, les aînés et les gens ayant une maladie mentale grave et persistante) ont des besoins particuliers.

La prévalence et les coûts

20 % de la population connaîtra une maladie mentale à un moment ou l’autre de sa vie. Un rapport réalisé récemment par Santé Canada estime que les troubles mentaux (incluant le stress et la détresse) ont engendré des coûts totaux de 14, 4 milliards de dollars en 1998, plaçant ainsi la maladie mentale et les problèmes de santé mentale parmi les problèmes les plus dispendieux au Canada.

Un appel pour un leadership coopératif national

En 2000, l’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale (ACMMSM), dont l’ACSM est un membre fondateur, a mis de l’avant Un appel à l’action demandant au gouvernement fédéral de jouer un rôle de leadership dans l’élaboration d’un Plan d’action national sur la maladie mentale et la santé mentale. L’ACSM a endossé ce document ainsi qu’un protocole d’accord de l’ACMMSM (octobre 2002). Nos recommandations pour le leadership fédéral et l’action stratégique sont basées sur le travail de l’ACMMSM et mettent l’accent sur les déterminants de la santé et les réponses attendues des différents ministères fédéraux à l’égard d’enjeux comme la sécurité du revenu, le logement, l’immigration et la justice.

Dans le cadre du Plan d’action national, l’ACSM demande avec instance au Comité de recommander au gouvernement fédéral de jouer un rôle de leadership dans les domaines suivants :

  1. Collaboration
    • Interministérielle, intergouvernementale et intersectorielle.
  2. Élaboration et mise en application d’un projet de ressources humaines de la santé mentale
    • Se pencher sur la pénurie de professionnels de la santé mentale, le manque d’intégration entre les professionnels de la santé mentale et le système de soins de santé et les besoins des populations vulnérables.
  3. Élaboration et mise en application de programmes nationaux
    • Une Stratégie nationale d’éducation et de sensibilisation du public;
    • Des mesures pour assurer l’accès universel aux médicaments nécessaires; et,Des normes nationales sur les soins à domicile pour satisfaire aux besoins des bénéficiaires et des fournisseurs de soins.

Comments are closed.